Préparation / planification,  Techniques de jardinage

Comment faire une couche chaude?

Pour cultiver toute l’année, et notamment au début du printemps, il y a parfois des défis à relever. La culture des légumes primeurs en est un. Comment, alors que les températures sont encore négatives, est-il possible de faire pousser des légumes au jardin ? Pour se passer de moyen de chauffage, il faut se tourner vers les alternatives économes en énergie. La couche chaude en est une. Explications.

Qu’est-ce qu’une couche chaude ?

Une couche chaude est la mise en place de fumier frais en tas pour activer sa fermentation. Le plus souvent, le fumier utilisé est du fumier de vache ou du crottin de cheval mais d’autres matériaux font aussi l’affaire. Une fine couche de terreau recouvre le tas de fumier et permet de semer ou planter sur la couche chaude. Si vous n’avez pas tant de terreau (et que vous ne voulez pas épuiser les tourbières…), vous pouvez utiliser un compost bien décomposé voire de la terre de votre jardin. Dans le dernier cas, il faudra désherber régulièrement les adventices ou réaliser un faux semis.

fumier frais dans châssis en paille
Fumier frais dans un châssis en paille

En fermentant, le fumier va chauffer et dégager cette chaleur pour permettre aux végétaux de pousser dans de meilleures conditions. Pour bénéficier de ses effets, les plantes doivent donc être au plus proche du fumier.

Il peut être parfois difficile de trouver la matière première car il faut une bonne quantité de fumier pour que la fermentation soit efficace et dégage de la chaleur. Rapprochez-vous des agriculteurs ou des propriétaires de chevaux ou d’ânes car ils sont parfois encombrés par tout ce fumier et n’ont pas la place de le stocker.

En général on « coiffe » la couche chaude d’une fermeture de verre ou de plexiglas pour créer un châssis. L’idée est de conserver au maximum la chaleur émise par le fumier pour qu’elle bénéficie aux plantes (on ne chauffe pas l’extérieur…). N’hésitez pas à récupérer de vieux vitrages, c’est idéal et ça leur donne une seconde vie.

Quand créer une couche chaude ?

Il est possible de créer une couche chaude tout au long de l’année tant que le fumier est disponible. Mais dans la pratique, la réalisation de couches chaudes intervient entre janvier et mars, lorsque les températures sont encore fraîches. Ça tombe bien, c’est à cette période qu’on commence à avoir envie de manger des légumes frais en remplacement des légumes de conservation consommés tout l’hiver.

Dans mon jardin, je crée mes couches chaudes fin février car les risques de gels sont importants jusqu’à la mi-mai. Il serait risqué de démarrer plus tôt car la couche chaude aurait terminé de chauffer avant la fin des gelées les plus importantes.

Pourquoi créer une couche chaude ?

On distingue en général 2 utilisations de couches chaudes : la culture de légumes primeurs et la production de plants. Dans les 2 cas le principe est le même, ce ne sont que les objectifs et donc le timing qui sont différents.

Culture de légumes primeurs

Si la couche chaude est créée dans le but de hâter la culture de légumes primeurs, l’objectif est de la préparer environ 1-2 mois avant de pouvoir commencer les récoltes. Pour des 1ères récoltes début avril (de radis), mettez-la en place fin février-début mars au plus tard. Découvrez ici comment faire des légumes primeurs.

Grâce à votre couche chaude, vous pourrez déguster radis, navets, carottes, salades, choux raves, verdures asiatiques et plein d’autres légumes primeurs avant tout le monde.

Production de plants

Si vous n’avez pas assez de place dans un lieu chauffé et bien éclairé pour cultiver vos plants, la couche chaude est une bonne solution alternative. Au lieu de semer vos légumes primeurs, vous pourrez poser vos plaques de culture sur la couche chaude pour leur faire profiter de la chaleur dégagée.

Je n’utilise pas la couche chaude dans cette optique car j’ai assez de place chez moi pour la production de mes plants. Mais c’est une bonne solution en cas de manque de place, même si elle demande beaucoup plus de vigilance.

Astuce : Des légumes primeurs… mais pas que

En plus de permettre de hâter les cultures au printemps, la couche chaude permet de cultiver des légumes d’été gourmands en matières organiques tels que melon, poireau, poivrons, tomates, courges, courgettes… Vous pourrez enchaîner les cultures pour rentabiliser l’espace et la fertilisation.

Comment créer une couche chaude : pas à pas

Avant de démarrer la mise en place, il faut définir si vous allez enterrer la couche chaude ou non. Si c’est le cas, commencez par creuser un trou de 60 à 80cm de profondeur. A ce stade je dois vous avouer que je n’enterre pas mes couches chaudes, c’est trop de travail… ☺.

Si vous ne souhaitez pas enterrer votre couche chaude, vous pouvez créer un caisson (ou châssis) de 80 à 100 cm de haut en bois, ou avec ce que vous avez sous la main (parpaings, bottes de pailles…).

couche chaude sous chassis paille
Couche chaude sous châssis paille

Respectez ensuite les étapes suivantes, que la couche chaude soit enterrée ou non :

  1. Paillez le tour du châssis, il pourra agir comme isolant.
  2. Disposez 40-60 cm de fumier frais bien pailleux. Ajoutez de la paille si le fumier n’est pas pailleux.
  3. Tassez bien le fumier
  4. Arrosez copieusement le fumier tassé mais sans le gorger d’eau non plus
  5. Disposez 10cm d’épaisseur de terreau/compost/terre suivant ce que vous avez
  6. Refermez le châssis avec du plexiglas, une vitre ou tout matériau transparent que vous aurez pu récupérer

Une fois ces étapes effectuées, il faudra attendre 8-10 jours car le fumier va monter très haut en température (trop haut pour nos pauvres légumes) les premiers jours. Une fois passé le « coup de feu », qui peut aller jusqu’à 80°C au cœur du tas, la température va redescendre. Attendez qu’elle soit à 25°C pour commencer à planter. Vous pourrez bénéficier de la chaleur pendant 1-2 mois.

Astuce : quelles dimensions

Pour savoir de quelle dimension je dois faire mon châssis, je regarde quelle taille de vitre j’ai sous la main et j’adapte le châssis à la vitre. C’est le plus simple en cas de récup.

Les alternatives

Si vous ne disposez pas de fumier près de chez vous, il est possible de le remplacer par du BRF. Le BRF va lui aussi chauffer en se décomposant et vous donnera les mêmes résultats que le fumier. Le choix se fera donc en fonction de vos possibilités d’approvisionnement.

Points de vigilance

L’inconvénient d’une couche chaude c’est qu’il faut veiller à ce que la température ne monte pas trop pour ne pas griller les plants. Outre le coup de feu, il faut aérer en ouvrant le châssis dès que le soleil brille car dans un espace si petit, la température monte très très vite.

Il peut aussi être utile de couvrir le châssis avec un vieux tapis, de la moquette, ou tout ce que vous avez sous la main pour les nuits les plus froides.

chassis de paille surmonté d'une vitre
Surveillance quotidienne des plantations

La surveillance est donc quotidienne mais si vous prenez soin de vos légumes, vous aurez la joie de les déguster à une période de l’année où les étales sont encore vides (ou alors avec des produits qui viennent de loin ou qui ont poussé sous serre chauffée).

Et si ça ne marche pas ?

Le principe de la couche chaude étant un peu technique, il est possible que ça ne fonctionne pas bien dans certains cas. Voici les leçons que j’ai retiré de mes propres échecs :

  • Le fumier doit être bien frais
  • Il faut bien arroser la couche chaude au démarrage et ne pas hésiter à continuer un bon arrosage une fois les légumes plantés
  • Le volume doit être suffisamment important pour bien chauffer

Alors, la création de couches chaudes vous tente ? Il n’y a plus qu’à se lancer. N’hésitez pas à partager avec nous vos réussites et vos échecs.

Jardinier amateur et passionné par tout ce qui tourne autour du jardin. J'aime partager ma passion au travers d'articles et de vidéos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *