Débutants,  Légumes

La culture du topinambour, une plante facile à cultiver

Découvrez le topinambour (ou artichaut de Jérusalem), une plante de culture simple car elle se débrouille toute seule😁. C’est aussi une plante parfaite à intégrer dans un design de permaculture car elle est productive, résistante aux vents et elle peut servir à créer de la biomasse et des microclimats. C’est le moment de l’intégrer au jardin et de tester sa culture.

Le topinambour ou artichaut de Jérusalem

Si je vous dis artichaut de Jérusalem, truffe du Canada ou soleil vivace, vous pensez à quoi… ?? Au topinambour pardi !!

Dans cet article, on va parler du topinambour, une plante relativement facile à cultiver, qui est finalement assez peu cultivée par les jardiniers, mais il y a plein de raisons de la mettre au jardin parce qu’elle est simple, facile, elle a un petit goût sympa et en plus pour débuter c’est l’idéal.

Les origines du topinambour

Le topinambour fait parti de la famille des Astéracées, une grande famille botanique. C’est la même famille que le tournesol, la fleur qu’on cultive pour ses graines. Il est très proche de ce tournesol, c’est pour ça qu’on l’appelle soleil vivace avec ses petites fleurs jaunes. Il ne fleuri pas dans toutes les régions, nous en montagne par exemple on a pas les fleurs car le cycle est trop court mais si vous êtes dans une région plus propice vous pourrez avoir de jolies petites fleurs qui ressemblent au tournesol.

Les fleurs du topinambour ou artichaut de Jérusalem
Les fleurs du topinambour ou artichaut de Jérusalem

Le topinambour a été importé des Amériques comme plein d’autres légumes sauf qu’il a été importé d’Amérique du Nord. Donc il est cultivé au Canada, c’est pour ça qu’on l’appelle aussi truffe du Canada. Le climat du Canada et du nord Etats-Unis est plus proche du climat français, c’est pour ça que c’est un légume qui est beaucoup plus adapté que d’autres légumes qu’on a rapporté des Amériques.

La culture du topinambour

Cycle de vie et récolte

Le topinambour est une plante vivace qui va avoir un feuillage annuel. Elle ne va pas devenir ligneuse, elle ne va pas faire de bois, tous les ans elle va refaire des tiges qui vont monter jusqu’à 2,50 – 3m de haut. Ça va faire un gros buisson touffu et en fin de saison tout va sécher. Le feuillage va se mettre au sol et à ce moment-là on peut le couper. C’est une plante qu’on récolte plutôt en automne-hiver lorsqu’il n’y a pas grand chose au jardin donc elle est bien pratique dans les périodes de disette. Pour la récolter, il suffit de creuser pour trouver ses tubercules.

Récolte des topinambours au jardin potager
Récolte des topinambours au jardin potager

Planter le topinambour

La plantation est relativement facile, il suffit de faire un sillon ou un trou d’environ 10cm de profondeur, de poser le tubercule à l’intérieur et de recouvrir. Sa plantation se rapproche de la plantation de la pomme de terre, un autre légume racine bien connu.

On peut pailler pour éviter que ça se dessèche au démarrage, mais c’est une plante qui a beaucoup d’énergie grâce aux réserves de nourriture contenues dans le tubercule. La plante se sert de cette réserve d’énergie pour commencer à pousser avant de pouvoir faire de la photosynthèse. Donc ça en fait un plant relativement robuste et simple à mettre en route, beaucoup plus simple cultiver que d’autres légumes comme la carotte ou la tomate.

Topinambours en végétation au jardin
Topinambours en végétation au jardin

Un plante envahissante

La difficulté pour le topinambour ça ne va pas être de le faire prendre, de l’installer mais plutôt de le contenir. C’est un légume qui est assez envahissant, qui va se développer par ses tubercules, et qui a tendance à prendre la place si elle est disponible. On le déconseille en plein milieu d’un potager, parmi les autres légumes, on le mettre plutôt en bordure, sur un espace où on pourra le contenir, par exemple où on tond autour. Il est aussi parfait en haie : une haie éphémère qu’on va mettre en route au printemps qui va grimper en été et qui sera coupée en automne. Ça fera un microclimat l’été pour cultiver des légumes qui ont besoin de fraîcheur derrière. Je cite d’ailleurs cette plante dans mon article « Quels légumes cultiver pour commencer au potager ?« .

Purée de topinambour, soupe… tout est possible

Le topinambour peut être consommé en purée, soupe, cuit à la vapeur. Il est facile à cuisiner finalement. Par contre la difficulté c’est de l’éplucher. L’épluchage peut s’avérer un peu long, sur des tubercules ronds ça va mais il y en a certains qui ont des formes un peu bizarres pour lesquelles l’épluchage prend un peu plus de temps. Pour facilité son épluchage on peut le cuire et l’éplucher une fois cuit. Il a un goût sympa entre l’artichaut et le salsifis qui fait qu’il est très agréable à manger.

Préparation des topinambours en cuisine (épluchage et découpe)
Préparation des topinambours en cuisine (épluchage et découpe)

Le topinambour et les flatulences

Par contre il ne faut pas en manger trop parce qu’il peut provoquer des flatulences. Le système digestif des fois du mal à le digérer donc allez-y molo mais avec une petit plate-bande, vu que ça donne énormément, vous pouvez en avoir tout l’hiver quelques tubercules par-ci par-là.

Maladies et ravageurs… pas grand chose à signaler

Le topinambour a très peu de ravageurs et très peu de maladies. Le principal ravageur en hiver c’est le campagnol qui fait des petits trous en mangeant les tubercules. Mais c’est tellement robuste qu’on voit parfois des tubercules mangés partir parce qu’ils ont assez d’énergie en réserve. Par rapport à la conservation des pommes de terre qu’on réalise en cave, le topinambour peut rester au jardin et être récolté au fur et à mesure : pas besoin de conservation à l’intérieur.

Quelques variétés existent

Il y a quelques variétés qui sont répandues. J’ai choisi de planter un « Violet de Rennes ». Vous pouvez facilement en trouver en troc ou en récupérer chez votre voisin parce qu’on en a toujours trop à partir du moment où on en cultive. On peut en donner pas mal.

Voilà vous savez tout pour vous lancer. Il ne vous reste plus qu’à récupérer des tubercules et à les mettre en terre pour cultiver ce légume racine vivace.

Jardinier amateur et passionné par tout ce qui tourne autour du jardin. J'aime partager ma passion au travers d'articles et de vidéos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Téléchargez votre guide gratuit "7 astuces pour maximiser vos récoltes"

Nous avons écrit ce guide pour vous aider à cheminer vers plus d’autonomie alimentaire. Nous partageons notre expérience au potager pour vous permettre de faire les bons choix mais aussi de porter un regard différent sur votre jardin et la vie qui y foisonne.

Vous y découvrirez :

👉 Pourquoi il est important d'optimiser vos plantations au potager

👉 Comment densifier vos cultures et associer vos légumes

👉 Des techniques et exemples simples pour passer à l'action