Conservation,  Légumes

Comment conserver ses pommes de terre ?

C’est une question qui m’est fréquemment posée. Lorsqu’on cultive ses pommes de terre, c’est en général pour pouvoir les conserver et en manger tout l’hiver. C’est le moment de l’année où il y a moins de diversité au jardin, voire plus grand-chose quand on est en montagne. C’est un légume incontournable de notre régime alimentaire et qui se cuisine de multiples façons (purée, soupe, gratin, poêlé, frites… miam). Pour notre famille de 4 personnes, nous en consommons 70-80kg d’octobre à mai environ.

Mes principes de conservation

Voici ce que j’applique pour la conservation de mes pommes de terre, histoire de les garder le plus longtemps possible.

Plusieurs variétés de précocité différentes

Cultivez au moins 1 variété qui se conserve bien (« Blanche », « Désirée », « Nicola », « Charlotte »…). Car c’est celle-ci que vous pourrez manger en fin d’hiver et au printemps, avant que les légumes primeurs n’arrivent et viennent enfin diversifier le contenu de votre assiette. Si vous pouvez cultiver plusieurs variétés c’est encore plus sympa car vous pourrez varier les goûts au cours de l’hiver. De mon côté, je cultive depuis plusieurs années 2 variétés :

  • des « Charlotte » (bonne productivité, chair moyennement ferme et bonne conservation)
  • des « Rose de France » (bonne productivité, chair ferme et conservation moyenne).
Pommes de terre germées : Charlotte et Rose de France
Pommes de terre germées : Charlotte et Rose de France

Récoltez à bonne maturité, en fonction de la précocité des variétés utilisées. Plus une variété est dite tardive (donc plus son cycle de culture est long, plus elle se conserve). A l’inverse, plus elle est précoce plus elle est à manger rapidement. Il est toujours intéressant de cultiver plusieurs variétés de légumes avec des niveaux de précocité différents. Cela permet d’étaler les récoltes et aussi de mieux résister aux aléas climatiques. Par exemple, un orage en août fera moins de dégâts sur des pommes de terre déjà bien développées que sur des pommes de terre en développement.

Sélection, tri et stockage

Triez vos pommes de terre pour éliminer celles qui sont abîmées ou vertes. Celles qui ont été abîmées par un outil lors de la récolte peuvent être consommées rapidement. Personnellement, je garde celles qui ont été un peu mangées ou qui sont vertes pour replanter l’année suivantes (si elles tiennent le coup).

Tri des pommes de terre et suppression des germes
Tri des pommes de terre et suppression des germes

Conservez vos récoltes hors gel et à l’abri de la lumière. L’idéal est un endroit frais et sec car la chaleur et l’humidité sont des facteurs accélérant la germination. Vous pouvez les stocker en cagettes, dans une cave ou un garage dans lequel il n’y a pas de grandes fluctuations de températures. Je n’ai pas réussi à réunir toutes ces conditions, je les conserve donc dans ma cave, au frais (8-10° en hiver) et à l’abri de la lumière. Par contre le taux d’humidité reste un peu élevé (60-70%) mais ça ne m’empêche pas de les conserver en bon état jusqu’à plus soif (enfin plus faim dans ce cas).

Retirez les germes de façon régulière (sauf si vous voulez les garder pour les replanter). Car en développant leur germes, elles se flétrissent et développent une substance toxique : la solanine. Personnellement, je consomme tous les hivers des pommes de terre qui ont commencé à germer. A partir du moment où elles sont encore fermes, j’enlève les germes et je les cuisine normalement. Je ne jette que celles qui sont devenues molles, donc moins bonnes et nettement moins faciles à cuisiner.

Pommes de terre prêtes à stocker à la cave!
Pommes de terre prêtes à stocker à la cave!

Garder un stock pour l’an prochain

N’oubliez pas, avant de tout consommer, de conserver des pommes de terre de taille moyenne pour les replanter l’année suivante! Gardez-en plus que ce que vous avez prévu de planter. Car certaines peuvent s’abîmer à la conservation ou germer et dans ce cas elles auront des difficultés à germer de nouveau en terre.

Je préfère garder des pommes de terre de taille moyenne car ce sont elles qui ont le meilleur rapport de production entre taille et quantité. Les plus petites donnent peu de pommes de terre mais plus grosses que la moyenne et les plus grosses donnent une multitude de petites.

Mais vous pouvez aussi garder des petites (vu que ce sont les plus difficiles à cuisiner) et les planter plus serrées pour récolter quelques grosses pommes de terre. Comme je n’arrive pas à jeter les plants conservés tout l’hiver, je finis toujours par leur trouver un petit coin au jardin… 😊

Cultiver des pommes de terre « primeur »

En complément de la culture de vos pommes de terre de conservation, vous pouvez, rien que pour le plaisir du goût et si vous avez de la place, cultiver des pommes de terre « primeur » ou « nouvelles »(récoltées jeunes). L’idéal est d’utiliser des variétés précoces pour pouvoir en consommer rapidement dans la saison.  

De mon côté, je n’arrive jamais à dégager une place au jardin pour des pommes de terre primeur car ce n’est pas ma priorité. Je préfère un chou rave ou des carottes primeur car la pomme de terre on en a déjà mangé tout l’hiver. En plus, la saison de culture est courte en montagne et il n’est pas facile de cultiver tôt et la pomme de terre craint le gel. C’est une question de préférence personnelle.

Avantage: pas d’entretien

Si vous aimez les pommes de terre, il ne vous reste plus qu’à vous lancer! C’est un légume très facile à faire pousser, qui ne nécessite pas d’entretien. Il peut être abondamment paillé pour éviter la concurrence des adventices et pour ne pas avoir besoin d’arroser. Vous pouvez aussi déposer vos plants sur le sol et pailler avec 20cm minimum de paille/tonte/feuilles mortes… Si l’humidité est suffisante, vous aurez une récolte honorable sans vous casser la tête et la terre sera désherbée pour l’année suivante. Je détaillerai cette technique dans un autre article.

Et vous, quelles sont vos variétés de pommes de terre préférées? Dites le moi en commentaires.

Jardinier amateur et passionné par tout ce qui tourne autour du jardin. J'aime partager ma passion au travers d'articles et de vidéos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *